image1-1763image2-1763image3-1763
Retour aux nouvelles

CHRONIQUES D'OCTOBRE

Auteur :;
le 28 octobre à 14:00

 

Voici une première chronique d'un de nos nouveaux correspondants, M. Ambroise Urbain FOUTOU, sur la pratique des évaluations environnementales au Congo-Brazzaville.

M. FOUTOU est consultant en évaluations environnementales et sociales, membre individuel et membre du conseil d'administration du SIFÉE. Sa chronique est suivie d'un article de Jean HÉBERT, géographe, spécialiste en évaluation environnementale, vice-président de l’Association québécoise pour l'évaluation d'impacts (AQÉI) (2007-2013) et président du SIFÉE (2015-2017) et de Lina LACHAPELLE, ingénieure, présidente de l’Association québécoise pour l’évaluation d’impacts (AQÉI), sur les mythes et réalités de la pratique de l'évaluation environnementale au Québec.

 

Présentation M. FOUTOU

Ambroise-Urbain-FOUTOU.png

Monsieur Ambroise Urbain FOUTOU est ingénieur civil de l’hydraulique et de l’environnement diplômé de l’École nationale d’Ingénieurs de Bamako au Mali et de l’École Mohammadia d’Ingénieurs de Rabat au Maroc. Il finalise actuellement une maîtrise professionnelle en science et économie des changements climatiques au Centre africain de recherche scientifique et de formation (CRES) de Ouagadougou au Burkina Faso. 

Sur le plan professionnel, Monsieur FOUTOU jouit d’une très grande expérience de près d’une décennie dans la pratique des évaluations environnementales (CGES, CPR, EIES, NIES, PAR, Audit, etc.) en Afrique de l’Ouest et Centrale, particulièrement au Mali et au Congo Brazzaville, en tant que consultant ou expert en sauvegarde environnementale et sociale au sein de plusieurs unités de gestion des projets (UGP) financés par la BM, BAD, UE, AFD, BOAD.

Monsieur FOUTOU est promoteur du Bureau d’études « Ingénieurs Conseils en Développement Durable - IC2D » au Congo Brazzaville et du Bureau d’études « Ingénieurs Conseils en Environnement Energie Développement Formation (ICEEFD) » au Mali. Il est très actif dans le milieu associatif tant sur le plan national qu’international comme membre de l’Association congolaise pour l’évaluation environnementale (ACEE), membre de l’Association malienne pour l’évaluation environnementale (AMEE), membre de la cohorte 9 de LEAD Afrique Francophone (ENDA), membre individuel du Secrétariat International francophone pour l’évaluation environnementale (SIFEE).

Email : aufoutou@gmail.com / aufoutou@yahoo.fr

CHRONIQUE - LA PRATIQUE DES ÉVALUATIONS ENVIRONNEMENTALES AU CONGO-BRAZZAVILLE : CONTRAINTES ET DÉFIS

Par Ambroise Urbain FOUTOU

La République du Congo, également appelé Congo-Brazzaville, est un pays d’Afrique Centrale avec une population estimée à 5 293 070 habitants en 2020 (www.cia.gov).

Le Congo dispose de plusieurs lois et règlements et a signé plusieurs traités, accords et conventions concernant la gestion de l'environnement. Les textes législatifs et réglementaires nationaux sur la protection de l’environnement se composent des lois, décrets et arrêtés ayant pour certains un caractère multisectoriel, et pour d’autres un caractère sectoriel. La principale loi qui régit le domaine de l’environnement en République du Congo est la Loi N°003/91 du 23 avril 1991 sur la protection de l’environnement.  L’obligation de réaliser l’évaluation environnementale est introduite par le Décret N°2009/415 du 20 novembre 2009 fixant le champ d’application, le contenu et les procédures de l’étude et de l’évaluation d’impact environnemental et social. 

Lire la suite(...) 

 

LA PRATIQUE DE L'ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE AU QUÉBEC : MYTHES ET RÉALITÉS

Par Jean HÉBERT et Lina LACHAPELLE

Plus de quarante ans après la mise en place du cadre réglementaire et institutionnel québécois en évaluation environnementale à la fin des années 70 (Loi sur la qualité de l’environnement (LQE), ministère de l’Environnement, Bureau d’audiences publiques sur l’environnement) et autant d’années de pratique par les spécialistes de l’évaluation environnementale, il est toujours surprenant de constater la méconnaissance et la confusion qui demeurent présentes dans les médias et chez de nombreux décideurs et citoyens concernant les rôles des trois principaux acteurs du domaine, à savoir les praticiens de l’évaluation environnementale chez les promoteurs et bureaux d’études, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) et le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Lire la suite (...)

Message
Error
Ok